AccueilNos actionsRacines SudIls font Racines Sud, nos Adhérents prennent la parole : Novembre 2021

Naguib Toihiri, expert du marketing digital à Dubaï

Bonjour, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ? Votre ville d’origine, vos études …

Naguib Toihiri (NB) : je suis directeur stratégie pour une agence digital marketing à Dubaï. Je réside à Dubaï depuis 2013. Je suis né et j’ai grandi dans la région parisienne (Chilly Mazarin). J’ai fait mes études supérieures à Montpellier Business School (MBS) où j’ai obtenu un Master.

Dans quelles circonstances êtes-vous devenu expatrié ? votre parcours professionnel

NB : À la suite de l’obtention de mon diplôme de Master à MBS, où je me suis spécialisé dans le marketing digital, j’ai fait le choix de l’expatriation au Moyen-Orient. Cette région étant en plein développement économique, les opportunités professionnelles étaient très nombreuses en 2013.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui envisagent de devenir expatriés ?

NB : Mon premier conseil est de ne pas avoir peur de franchir le pas et de bien préparer son expatriation à travers le choix de sa destination : quelle est la culture dominante ? Quelles sont les conditions de travail? Quel est le statut des expatriés occidentaux ? Quelles sont les perspectives d’évolution à moyen long terme?

Pourquoi avoir rejoint la communauté Racines Sud ?

NB : Racines Sud nous permet de reconnecter les personnes avec qui on partage une histoire commune, celle d’avoir vécu une partie de notre vie dans le sud de la France. Cela nous permet de créer des liens particuliers et d’entraide notamment lorsque l’on vit loin de ses racines.

Racontez-nous la soirée Racines Sud lors de l’exposition universelle à Dubaï (les anecdotes ne sont pas interdites !)

NB : C’était une soirée très enrichissante, nous y avons rencontré des entrepreneurs du sud de la France en visite à Dubaï. Cela leur a permis de mieux comprendre les enjeux et opportunités au Moyen-Orient. Cela nous a aussi permis de nous reconnecter avec la réalité économique actuelle.

>>> Pour le contacter : naguib.toihiri@gmail.com

Jean-Marc Serayssol: son terrain de jeu était l’Asie

Racontez-vous qui vous êtes, votre ville d’origine, les études que vous avez faites …

Bonjour, je m’appelle Jean-Marc Serayssol, heureux époux de Laure et père de quatre enfants (Chloé 35, Geoffrey 30, Flore 29, Auguste 25). Originaire du centre géographique de l’Occitanie (Albi) et cathare de sang et de cœur, j’ai vécu plus de la moitié de ma carrière professionnelle à l’étranger dont 20 ans en Asie (Chine 2 ans, Corée 1 an, Japon 10 ans, Singapour 7 ans). Ingénieur en Chimie et Génie chimique de formation (Chimie Paris et Université du Colorado), j’ai basculé rapidement dans le business après être passé par l’INSEAD. Dès lors, j’ai œuvré pendant plus de 30 ans dans des rôles de direction régionale au sein de multinationales dans la haute technologie et le e-commerce.

Dans quel pays êtes-vous installé ? Pour quelle société / quel poste / quelle(s) mission(s) ? Depuis combien de temps ?

Mon dernier séjour était à Singapour jusqu’en juillet 2020, date à laquelle les circonstances sanitaires m’ont conduit comme beaucoup de collègues à rentrer à la maison. Cela faisait près de 15 ans d’affilée que je n’avais pas travaillé en France. Imaginez l’atterrissage! Durant ces 15 ans, j’ai œuvré principalement dans des rôles de directions commerciales régionales avec Dell, Google, HPE et Uber. Je me plais à décrire l’Asie (de l’Inde à la Corée du Sud, et de la Chine à l’Australie et la Nouvelle-Zélande en passant par le Japon et Taiwan, sans oublier tous les pays de l’Asie du Sud Est) comme ayant été mon terrain de jeu durant toutes ces années.

Mon épouse, mes enfants et moi-même, nous considérons comme des privilégiés d’avoir été exposés à une telle diversité culturelle et un tel dynamisme économique. Nos valises sont pleines de souvenirs extraordinaires, et d’anecdotes que nous ne nous lassons jamais de partager, au risque d’être pris de temps à autre pour des martiens (les anciens expats me comprendront).

Comment trouvez-vous la vie dans votre pays d’adoption ? Comment vivez-vous cette expatriation ?

Je pourrais dire que je suis “expatrié dans l’âme”. Ma première expat volontaire (tout seul avec mon baluchon sur l’épaule) s’est produite alors que j’avais 23 ans – je suis parti 2 ans aux USA sans retourner une seule fois en France. Au terme de cette première expat, j’ai fait un stop-and-go à Paris de 3 mois avant de prendre la direction du Japon pour 3 ans.

Autorisez-moi alors de décrire ce que je pense de mon véritable pays d’adoption : le Japon

Les temples du Japon sont magnifiques. Les cloches, les jardins zen, les bambous et les portes-torii insufflent vraiment un sentiment de paix et de sérénité.

Les gens sont incroyablement polis et font tout leur possible pour être serviables, respectueux et civiques. C’est simplement une courtoisie et une serviabilité qui imprègnent l’âme du Japon. Tout le monde est juste serviable et vraiment sympathique.

Vous n’êtes jamais à plus de 10 pieds d’un distributeur automatique. Partout où vous regardez, deux ou trois machines sont alignées pour vous offrir tout ce dont vous avez besoin. Le tout en parfait état de fonctionnement.

J’aime les tenues fantaisistes, folles et farfelues que les gens portent. Tellement de classe et tellement d’humour.

Les gares ne sont pas seulement pour les trains, elles sont aussi pour les centres commerciaux, les supermarchés, les immenses zones de restauration et les immeubles de bureaux. Parlez de l’utilisation efficace de l’espace.

Le Japon porte le service à un autre niveau. Tout est fait avec une révérence (une salutation en s’inclinant). Tout le monde est utile. Le service fait partie de l’ADN.

Les onsens sont uniques – s’asseoir dans un bain chaud avec une petite serviette pour protéger votre nudité et une petite cascade près de chez vous est le nec plus ultra pour la relaxation, l’équilibre du corps et de l’esprit, et croyez-le ou non – la socialisation.

Le saké est aussi subtil, riche, varié et sophistiqué que mes vins préférés. Le goût doux, la finition fine, l’arôme fruité. Il accompagne parfaitement les sushis (subtile et sublime).

Le sushi? La saveur, la texture douce, le riz moelleux – mangez-le avec les doigts et un peu de sel – juste le paradis (les aficionados comprendront).

Les Japonais ont transformé une simple toilette en une merveille technologique. J’éviterai les descriptions. Essayez-le, c’est assez génial.

Last but not least, un lever de soleil sur le mont Fuji vous laisse sans mot et tellement de sérénité dans votre âme.

Comment avez-vous connu l’association Racines Sud et pourquoi êtes-vous devenu adhérent ? Que vous apporte l’association ? Que pourrait-elle améliorer ?

Tout d’abord par le bouche-à-oreille, par des amis qui connaissaient ma passion pour l’Asie et mon désir de transmettre ma longue expérience et d’aider les entrepreneurs à mieux appréhender ces horizons et ces cultures (par exemple : je donne des cours en écoles de commerce sur les techniques de négociation internationale en mettant la spécificité culturelle au centre de la démarche). Je ne suis plus expat, certes,  mais je suis disponible pour celles et ceux qui regardent vers ces destinations, et pour les accompagner dans leurs projets.

Ensuite, j’ai eu le grand plaisir et privilège de rencontrer Emmanuelle et dès les premières minutes nous partagions nos « address book » et échangions sur nos connaissances communes. Le monde de l’expat est un petit monde où beaucoup se connaissent et se reconnaissent.

Avez-vous un investissement hors travail dans une association ou une ONG ou un réseau dans votre nouvelle vie (autre que Racines Sud) ?

Je suis adhérent bénévole à la Chambre professionnelle du Conseil d’Occitanie ainsi qu’à l’Association Internationale des Coachs certifiés HEC. Je collabore également avec une association en fonctionnement RSE dont la mission est d’aider des start up à éclore.

Comme je dis, j’ai du temps, de l’expérience, de l’énergie et surtout de la passion à partager.

Pour contacter Jean-Marc : jmserayssol@gmail.com

 

Ils ont rejoint Racines Sud

Caroline DUCROS/Humanitaire/Burkina FASO Afrique
Duc NGUYEN/Commerce/Marketing/Montréal Canada
Marie AKA/Association/France
Ynès BARA/Commerce/Marketing/Montréal CANADA
Céline SCHMITT/Agriculture/Agro/Dubaï E.A.U
Mélanie VAILLANT/Automobile/Dubaï E.A.U
Armel SEGRETAIN/Environnement/Madagascar AFRIQUE
M’HAMED BAHHAR/Secteur Public/Dubaï E.A.U
Quentin GRILLET/Transport/Logistique/Dubaï E.A.U
Armand GIUDICELLI/Transport/Logistique/Dubaï E.A.U
Rackel SAN NICOLAS/R&D/Melbourne AUSTRALIE

 

12e prix de l’expatriation

Les dates du jury et de la remise des prix sont enfin connues. Les deux rendez-vous auront lieu à la Maison des Relations internationales à Montpellier.

– le jury le 8 décembre 14h

– la remise des prix le 21 décembre 18h

Le prix de l’expatriation est un concours qui permet de valoriser les expatriés ‘pépites’ qui ont des parcours hors du commun.

6 catégories sont récompensées :

– Ambassadeur (promoteur de votre région d’origine dans votre pays d’adoption)
– Innovation /Recherche (vous travaillez dans un secteur tel que recherche médicale, recherche scientifique, recherche digitale / numérique, aéronautique …)
– Jeune Expatrié (V.I.E ou moins de 28 ans)
– Entrepreneur (vous avez créé ou repris une entreprise à l’étranger)
– Coup de cœur (en dehors de votre activité professionnelle, vous développez un autre « talent ». Présentez-le)

Nouveauté 2021, en partie suite à la situation mondiale des 18 derniers mois : lancement du prix « Rebond Expat ». Il s’agit pour les expatriés qui sont rentrés d’expliquer comment ils ont rebondi ; comment ils transmettent leur expérience, les structures qui les ont accompagnés/aidés et comment ils ont tiré bénéfice de leur expérience internationale pour rebondir ?

 

Focus recrutements

    • Programme de bourses coparrainées UNESCO/CANADA 2021 – 2022

Dans le but de renforcer les capacités des ressources humaines des pays en développement, et de favoriser la compréhension internationale et l’amitié entre les nations et le peuple canadien, le gouvernement de l’État fédéral du Canada met à la disposition de l’UNESCO pour l’année 2021 – 2022, dans le cadre du Programme de bourses de l’UNESCO, 1400 bourses au bénéfice d’États membres invités et spécialement les pays les moins avancés en Afrique et en Asie-Pacifique. Cet appel à candidatures est ouvert aux étudiants de 1er, 2e et 3e cycles admis dans un programme d’étude à temps complet.

Pour postuler et bénéficier d’amples informations détaillées sur le programme, vous devez au préalable soumettre une lettre de motivation et y joindre deux (2) photos d’identité en réclamant le formulaire d’inscription à M. Thomas RADOUX, Chef de la Section du programme de bourses UNESCO. E-mail : (unesco@graduate.org)

PS : L’enseignement est prodigué en anglais et en français. Pour information et une large diffusion.

    • L’ENSIACET propose des profils particulièrement pertinents candidats à une expérience d’expat.

L’École nationale supérieure des ingénieurs en arts chimiques et technologiques, désignée plus communément sous l’acronyme ENSIACET, aussi appelée « A7 », est l’une des 204 écoles d’ingénieurs françaises accréditées au 1ᵉʳ septembre 2020 à délivrer un diplôme d’ingénieur. Une synthèse par zone de destination souhaitée a été faite ci-dessous. Les liens vous permettent d’accéder directement aux CV.

CANADA (25 étudiants)

https://filesender.renater.fr/?s=download&token=83adf5e3-fbd6-4d87-9637-3156dfbb6332

Elvez Sadoudi souhaite dans le cadre de sa 2e année faire un échange international pour 1 semestre à partir de mi-septembre (double diplôme) avec une université canadienne de préférence sur Montréal pour 2022.

Avec une spécialisation du génie des procédés, il peut accepter un stage dans une entreprise travaillant dans les énergies (gaz/pétrole). Le domaine de l’aéronautique ou automobile l’intéresse énormément.

Eva Bargetzy souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois de mai au Canada dans les provinces de l’Ontario, Manitoba et/ou la Colombie Britannique où elle pourrait parfaire son anglais.

Issue de la filière matériaux, elle cherche un stage orienté industriel avec de la gestion de projet et/ou dans l’évaluation économique des procédés.

Pauline Bartrina souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois d’octobre au Canada de préférence sur Montréal.

Spécialisée en génie industriel, elle cherche un stage orienté qualité ou gestion de projet dans les systèmes d’information (web statique et dynamique), gestion de production, modélisation, simulation ou gestion des stocks.

Adam Benharira souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois de mai au Canada (Québec/Ontario).

De formation génie des procédés, il cherche dans la production pharmaceutique, l’environnement et l’agroalimentaire. Intégré une grande entreprise dans la production industrielle serait son souhait.

Cloé Benoit souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois de mai au Canada (Québec).

Spécialisée dans l’ingénierie et analyse des matériaux, elle cherche un stage dans une entreprise sur le secteur du sport, aéronautique, métallurgie, transport ferroviaire/naval.

Camille Bergougnoux souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois de mai au Canada.

Spécialisée en génie des procédés, elle cherche un stage dans une entreprise du domaine de l’énergie (revalorisation énergétique, ou dans les phénomènes de transport et mécanique des fluides (CFD). En poste R&D ou Production.

Salomé Bonnin souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai en Amérique du Nord pour une immersion totale dans un pays innovant en matière de fabrication de matériaux de pointe. Spécialisée dans la chimie des matériaux, elle souhaite trouver un stage dans un laboratoire dans les domaines de la métallurgie, polymère.

Charlotte Carrière souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai au Canada (Montréal, Québec, Vancouver, Montérégie).

Spécialisée en génie des procédés, elle s’oriente dans le domaine de l’énergie / industrie chimique / pharmaceutique ou agroalimentaire. Son stage serait dans la R&D, conseil expertise de production et d’exploitation.

Gwenaëlle Chancogne souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai au Canada pour découvrir un nouveau pays et parfaire son anglais. Elle désire trouver un stage dans une entreprise de taille moyenne et spécialisée dans la formulation cosmétique.

Lisa Cornud souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois de mai au Canada avec préférence Québec et Ontario. Issue d’une formation en ingénieur chimie, elle souhaite faire un stage dans l’industrie cosmétique / parfumerie / pharmaceutique au poste R&D

Benjamin Depoorter  souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois au Canada. De formation ingénieur génie industriel, il aimerait un poste d’apprentie dans un grand groupe dans le secteur de l’énergie nucléaire soit en tant que responsable de production ou de stock.

Marie Favie souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois de mai au Canada exclusivement anglophone.

De formation ingénieur chimie elle aimerait travailler dans le domaine de la chimie (synthèse organique) dans les secteurs pharmacie/santé/agroalimentaire/cosmétique/pétrochimie.

Thibault Fiol souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois de mai au Canada en Ontario ou Colombie Britannique.

De formation ingénieur chimie il s’oriente dans le domaine de l’environnement sur un poste axé chimie et/ou dans un laboratoire ou industrie.

Charlotte Gabarre souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois de mai au Canada dans les villes de Toronto ou Ottawa.

De formation ingénieur chimie elle désire évoluer dans le domaine de l’industrie cosmétique notamment dans la production, la qualité, la conception ou bien la réalisation.

Marion Hanne souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois de mai au Canada (Toronto, Vancouver, Calgary, Regina, Edmonton, Winnipeg, Halifax, Waterloo-Kitchener, Fredericton, Hamilton)

Issue du génie des procédés, les domaines de l’ingénierie de la mécanique des fluides et du génie des procédés (conception, simulation et modélisation des procédés) l’attirent particulièrement. Les secteurs des énergies renouvelables, le traitement des eaux, l’aéronautique, l’industrie cosmétique, l’industrie pharmaceutique sont son terrain de jeux.

Kelly Joye souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois de mai au Canada dans la même ville que Nathan Strauch (Montréal).

Issue d’une formation génie chimique elle s’oriente dans le domaine de l’énergie, la cosmétique, pharmaceutique ou la production en masse de composé chimique pour avoir un poste en R&D, modélisation, chimie analytique ou module d’un procédé (distillation, absorption)

Maïalen Lacoin souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois de mai au Canada notamment sur Toronto, Montréal, Ottawa ou Halifax.

Issue du génie des procédés elle aimerait intégrer une PME (ou laboratoire) dans le secteur de la joaillerie sur un poste d’optimisation des procédés, mais aussi dans le traitement de l’eau potable ou les énergies renouvelables.

Laure Tisseyre souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5mois (mai-septembre) au Canada dans les villes de Toronto, Vancouver ou Montréal.

Issue d’un cursus Chimie, elle se dirige vers une spécialisation « procédé du génie chimique» et désire intégrer une multinationale telle que Sanofi, Airbus pour suivre le processus d’élaboration d’un produit à grande échelle ou sinon dans un laboratoire.

Rina Rose Tcheumeni souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir d’avril au Canada notamment dans les villes suivantes : Montréal, Sherbrooke, Longueuil, Québec, Laval, Saint-Laurent, Châteauguay (famille sur place).

Issue d’un cursus génie chimique, elle se dirige vers les domaines pétrochimie, cosmétique, automobile, pharmaceutique et agroalimentaire pour exercer un poste dans process engineer (ingénieur production) dans une ETI.

Nathan Strauch souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir d’avril au Canada uniquement sur Montréal (francophone).

Issue d’un cursus génie des procédés, il aimerait évoluer dans les domaines de l’énergie, la sécurité des procédés, la cosmétique, production en masse de composés chimiques avec un poste d’ingénieur chimie organique / inorganique, sécurité, modélisation ou module d’un procédé.

William Srong souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai au Canada notamment sur Vancouver, Toronto, Ottawa ou Montréal.

Issu du département génie des procédés, il aimerait intégrer une ETI dans le domaine de l’énergie.

Emmanuelle Riviere souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai au Canada sur Toronto.

De formation génie chimique, elle aimerait intégrer une entreprise dans le domaine des biotechnologies.

Elise Maladobry souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai au Canada anglophone uniquement.

De formation en génie industriel elle aimerait intégrer une PME pour mettre ses compétences en application lors d’une gestion de projet, d’optimisation de chaînes de production, de planification et de management opérationnel.

Emma Loubeau souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai au Canada notamment sur la province de Québec dont Montréal.

De formation en génie des procédés elle aimerait s’orienter dans les domaines de l’énergie ou traitement des eaux et des déchets

Clément Tournier souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois de mai au Canada notamment sur Montréal, Québec, Toronto, Calgary, Vancouver.

Issue du génie des procédés il s’oriente vers un projet environnemental ou des projets de gestion et d’optimisation énergétique.

AMERIQUE DU NORD (hors Canada) (14 étudiants)

https://filesender.renater.fr/?s=download&token=3dfc27c4-2ba1-47db-a7a5-4ff33013871f

Marie Bastien souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai aux USA où elle pourrait parfaire son anglais.

De formation ingénieur spécialité matériaux elle désire trouver une entreprise dans l’économie circulaire, les biomatériaux plus écologiques et dans le respect de l’environnement.

Emilie Bazire souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois de mai aux USA.

De formation ingénieur spécialité matériaux elle désire trouver une entreprise dans l’économie circulaire, la revalorisation des déchets, les biomatériaux plus écologiques et dans le respect de l’environnement.

Salomé Bonnin souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai en Amérique du Nord pour une immersion totale dans un pays innovant en matière de fabrication de matériaux de pointe. Spécialisée dans la chimie des matériaux, elle souhaite trouver un stage dans un laboratoire dans les domaines de la métallurgie, polymère.

Gwenaëlle Chancogne souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai en Amérique du Nord pour découvrir un nouveau pays et parfaire son anglais. Elle désire trouver un stage dans une entreprise de taille moyenne et spécialisée dans la formulation cosmétique.

William Srong souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai aux USA.

Issu du département génie des procédés, il aimerait intégrer une ETI dans le domaine de l’énergie.

Emmanuelle Riviere souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai en Amérique du Nord.

De formation génie chimique, elle aimerait intégrer une entreprise dans le domaine des biotechnologies.

Alex Noyé souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai en Amérique du Nord. Le choix du pays est ciblé, car il souhaite faire carrière à l’international et s’enrichir de cette première expérience.

De formation génie chimique il aimerait faire son stage dans un département R&D en relation avec la synthèse et l’analyse chimique dans le domaine médical ou cosmétologie.

Elise Maladobry souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai en Amérique du Nord.

De formation en génie industriel elle aimerait intégrer une PME pour mettre ses compétences en application lors d’une gestion de projet, d’optimisation de chaînes de production, de planification et de management opérationnel.

Maïalen Lacoin souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois de mai en Amérique du Nord et plus particulièrement sur l’ouest des États-Unis (San Francisco, Seattle, San Diego) ou dans l’Est (New York, Chicago, Philadelphie)

Issue du génie des procédés elle aimerait intégrer une PME (ou laboratoire) dans le secteur de la joaillerie sur un poste d’optimisation des procédés, mais aussi dans le traitement de l’eau potable ou les énergies renouvelables.

Zeinila Choudjay souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai en Amérique du Nord.

De formation ingénieur chimie elle aimerait intégrer une PME dans le milieu de la cosmétique dans le département R&D pour prise en charge d’une étude technique et organisationnelle.

Camille Chastagnac souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois d’avril en Amérique du Nord (New York)

De formation en ingénieur chimie elle souhaite se spécialiser en « ingénieur analyses » (chimie analytique) et donc intégrer un laboratoire américain public (ou universitaire)  dans le secteur agroalimentaire, pharmaceutique, cosmétique (ou dermato).

Marion Hanne souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois de mai en Amérique du Nord ((New York, Washington, Chicago, San Francisco, Seattle, Boston)

Issue du génie des procédés, les domaines de l’ingénierie de la mécanique des fluides et du génie des procédés (conception, simulation et modélisation des procédés) l’attirent particulièrement. Les secteurs des énergies renouvelables, le traitement des eaux, l’aéronautique, l’industrie cosmétique, l’industrie pharmaceutique sont son terrain de jeux.

Justine Hazé souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai en Amérique du Nord et plus particulièrement sur Los Angeles (silicon valley)

De formation génie chimique elle s’oriente vers 2 secteurs : la cosmétique et le domaine maritime et souhaite intégrer un grand groupe international.

Marie Favie souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois à partir du mois de mai en Amérique du Nord.

De formation ingénieur chimie elle aimerait travailler dans le domaine de la chimie (synthèse organique) dans les secteurs pharmacie/santé/agroalimentaire/cosmétique/pétrochimie.

ASIE (7 étudiants)

https://filesender.renater.fr/?s=download&token=9d9dc48b-7ed4-41a6-97a3-4d73f941cd30

Marie Bastien souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai et dans un pays asiatique tel que le Japon, la Corée du Sud, la Thaïlande, le Vietnam où elle pourrait parfaire son anglais.

Essentiellement où l’espagnol est parlé (pas de préférence de pays).

De formation d’ingénieur spécialité matériaux elle souhaite trouver dans l’économie circulaire, les biomatériaux plus écologiques et dans le respect de l’environnement.

Salomé Bonnin souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai et dans un pays asiatique pour une immersion totale et parfaire son anglais. Spécialisée de la chimie des matériaux, elle souhaite trouver un stage dans un laboratoire dans les domaines de la métallurgie, polymère.

Matheo Brun souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai et dans un pays asiatique pour un dépaysement total. Issu de la filière génie chimique, il veut intégrer la partie technique d’un grand groupe à dimension internationale dans le secteur de la dynamique des fluides et découvrir le management.

Benjamin Depoorter  souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai en Chine. De formation ingénieur génie industriel, il aimerait un poste d’apprentie dans un grand groupe dans le secteur de l’énergie nucléaire soit en tant que responsable de production ou de stock.

Stelliane Grolier-Lee souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai en Corée du Sud (famille sur place). Actuellement en apprentissage du Coréen elle désire une immersion totale pour rester plus longtemps dans le pays. Elle recherche un poste assistant-ingénieur dans le domaine des matériaux sur les secteurs de l’environnement des énergies.

William Srong souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir du mois de mai dans un pays asiatique et plus particulièrement sur Singapour, Hong Kong, le Japon, ou la Corée du Sud. Issu du département génie des procédés, il aimerait intégrer une ETI dans le domaine de l’énergie.

Laure Tisseyre souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5mois (mai-septembre) en Asie, mais plus précisément en Chine, Russie, Taiwan, Thaïlande ou Singapour.

Issue d’un cursus Chimie, elle se dirige vers une spécialisation « procédé du génie chimique» et désire intégrer une multinationale telle que Sanofi, Airbus pour suivre le processus d’élaboration d’un produit à grande échelle ou sinon dans un laboratoire.

Amérique du Sud (5 étudiants) 

https://filesender.renater.fr/?s=download&token=456acd8b-84f8-4a8e-a447-d4d8bd7d91ac

Emilie Bazire souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois (mai-septembre) dans un pays d’Amérique du Sud essentiellement où l’espagnol est parlé (pas de préférence de pays).

De formation d’ingénieur spécialité matériaux elle souhaite trouver dans l’économie circulaire, la revalorisation des déchets, des matériaux avec impact carbone faible.

Camille Chastagnac souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5 mois à partir d’avril dans un pays d’Amérique du Sud et plus particulièrement en Argentine. Très attirée par la culture hispanophone (déjà fait un stage au Mexique) elle désire compléter son expérience. Issue d’un cursus Chimie, elle se dirige vers une spécialisation « ingénieur analyses » et cherche dans l’industrie agroalimentaire, pharmaceutique, cosmétique ou dermato/cosmétique.

Louis Mabon souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4 mois (mai-septembre) au Brésil où il a déjà vécu 3 ans.

De formation d’ingénieur spécialité matériaux il souhaite intégrer un grand groupe à dimension internationale.

Léonie Tisnérat souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5mois (mai-septembre) en Argentine.

Issue d’un cursus Chimie, elle se dirige vers une spécialisation « ingénierie qualité » et cherche donc dans le domaine de la qualité, la sécurité, l’environnement, la chimie analytique et le secteur agroalimentaire, industrie énergétique.

Laure Tisseyre souhaite faire son stage de 2e année d’une durée de 4/5mois (mai-septembre) au Pérou, Chili ou Argentine.

Issue d’un cursus Chimie, elle se dirige vers une spécialisation « procédé du génie chimique» et désire intégrer une multinationale telle que Sanofi, Airbus pour suivre le processus d’élaboration d’un produit à grande échelle ou sinon dans un laboratoire.

 

ASSOCIATION RACINES SUD

CONTACT

04 67 20 41 71